Le tolérancement statistique commence à être très utilisé dans l’industrie. Il va être désormais possible d’indiquer de façon normalisée avec l’ISO 18391 [1] non pas le type de tolérancement lui-même, mais les exigences attachées à la population des produits. Parmi les différentes formes de tolérancement statistique, le tolérancement inertiel propose une approche originale permettant de garantir la conformité de la fonction attendue en lien avec un niveau de confiance (géré par l’indicateur Cpk sur la caractéristique résultante) en suivant une statistique unique en production : l’Inertie.

L’inertie présente l’intérêt d’accepter des productions de plus large dispersion que le tolérancement au pire des cas, mais présente l’inconvénient de ne pas laisser suffisamment d’excursion possible pour les processus à faible dispersion et à dérive. Nous proposons dans cette publication une extension du tolérancement inertiel qui permet de façon simple de répondre à cet inconvénient en donnant le maximum de variation possible à la production tant en dispersion qu’en dérive tout en garantissant la conformité Cpk sur la caractéristique résultante

Pour en savoir plus: Tolérancement inertiel pour Processus à dérive

Par: Maurice Pillet, Eric Pairel, Stephane Tichadou, Renald Vincent